Le montant du dépôt de garantie dans le cadre d'un bail commercial est-il libre ?

Morgane Jacquet
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

Dans le cadre d’un bail commercial, le montant du dépôt de garantie est librement déterminé. Mais selon ce montant certaines conséquences seront applicables. On vous éclaire sur le sujet.

Image
Une femme et un homme en train de discuter autour d'une tablette
Les loyers payés d'avance génèrent des intérêts pour le locataire. @gettyimages
Sommaire

Les intérêts au profit du locataire

Selon le code de commerce, les loyers payés d'avance, quelle que soit leur forme, y compris à titre de garantie, génèrent des intérêts au bénéfice du locataire. Ces intérêts sont calculés selon le taux appliqué par la Banque de France pour les avances sans garantie, mais uniquement pour les montants excédant celui correspondant au prix de deux termes de loyer.

Ainsi, lorsque le montant du dépôt de garantie est élevé, il peut, selon les circonstances, porter intérêt au profit du locataire pour ce qui excède les deux termes de loyers d’avance. De manière générale, le bailleur commercial souhaite éviter l’application de cette règle et ce dépassement, même si légalement il n’est pas interdit de convenir d’un dépôt de garantie important.

Le pas de porte peut être pris en compte dans les termes d’avance s’il correspond à un supplément de loyer.

 

Le mode de calcul des deux termes d’avance

Pour savoir si on est dans la situation exposée ci-dessus, il est nécessaire de vérifier quels sont les termes de loyers.

Un loyer est payable mensuellement, trimestriellement, annuellement etc… Le choix est libre pour les parties au bail commercial. Ainsi en fonction de la périodicité choisie, on prendra en compte celle-ci pour définir le terme de loyer.

D’autre part, le loyer peut être dû en début de période ou à son terme. Par exemple, un loyer mensuel peut être dû en début de mois, dans ce cas, le preneur aura réglé un terme de loyer d’avance.

Pour savoir si des intérêts sont dus au locataire, il faut donc voir le terme et si le loyer est dû en début ou fin de période. Par exemple :

- Si un loyer trimestriel est payable en fin de trimestre, le dépôt de garantie pourrait être de deux trimestres. Il consisterait donc en deux termes d’avance. Mais si le loyer est payable en début de période, il compte pour un terme d’avance. 

- Si un loyer est payable mensuellement en début de mois, mais que l'on ne souhaite pas que des intérêts soient applicables, le dépôt de garantie ne pourra pas dépasser un mois de loyer. En effet, un terme correspondra au dépôt de garantie et le second terme d’avance au loyer payable en début de période.

Pour augmenter le montant du dépôt de garantie sans que des intérêts soient dus au locataire, il est possible d’allonger les termes de loyers et éventuellement de prévoir un loyer payable en fin de période.

Références juridiques : 

Article L145-40 du code de commerce
Cass. 3e civ. 6-5-1985 n° 83-11.840

 

Cet article vous a été utile ?
0
0

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
Plus de conseils
Ces articles peuvent vous intéresser
A la une !
Image
acheter-local-commercial-occupe-selogerbureauxcommerces
Juridique
La vente et l’achat de locaux commerciaux déjà occupés ? Bien sûr que c’est possible, mais pas à n’importe quelles conditions ! Si cette démarche vous intéresse, nous levons le voile sur ce qu’il faut...
Image
bail-triple-net-selogerbureauxcommerces
Juridique
Le bail triple net se fait rare, mais reste pourtant valide dans de nombreuses locations professionnelles en cours de bail. Coup de projecteur sur ce type de contrat, bien particulier.
Image
Bail coworking
Juridique
Gage de flexibilité et productivité, le coworking reste un atout majeur pour les entreprises. Mais concrètement, quel type de bail est possible pour du coworking ? Contrat de location professionnelle...
Image
lexique-clause-abusive-selogerbureauxcommerces
Juridique
Comme l’a écrit Nicolas Boileau, « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ». Et les clauses qui figurent dans les contrats professionnels ne sont pas exceptionnelles. Mais alors quand parle-t-on...